Jean-François Laroche est couronné champion 2008

Les champions 2008 des Mardis cyclistes, toutes catégories

Les champions 2008 des Mardis cyclistes, toutes catégories

L’équipe Sleeman Clear que l’on surnomme également le train bleu peut dire mission accomplie pour cette saison 2008 car leur leader Jean-François Laroche a remporté le championnat des Mardis cyclistes pour une deuxième année consécutive et il s’agit d’un quatrième titre d’affilée pour l’équipe.

Laroche n’a pas eu besoin d’une grande performance et sa neuvième position au fil d’arrivée de la 10e et dernière étape des Mardis le 19 août a été suffisante pour distancer son rival Guillaume Boivin (Éva-Devinci) et Ramos Kleber (Garneau) au classement général.

C’est Hugues Lapointe qui a remporté la course et qui a mis la main sur la coupe de l’arrondissement Lachine, remise au gagnant de cette 10e étape. Lapointe et ses six partenaires d’échappée se sont partagés les sept premières places.

«Je suis très content, surtout de faire ça à la grande finale, c’est une grosse victoire. Je me suis tenu toute l’année dans les 20 premiers mais en deuxième moitié de saison la forme était encore plus là», a indiqué le cycliste de 24 ans originaire de Drummondville.

Les deux rivaux de la saison enterrent la hache de guerre!

Les deux rivaux de la saison enterrent la hache de guerre!

Le Jonquiérois de 19 ans Guillaume Boivin n’était pas trop déçu de ne pas avoir pu remonter Laroche au classement vu l’avance qu’il avait en poche. Il a été nommé révélation de l’année pour avoir livré une bataille de titans avec son rival tout au long de l’été.

«C’était vraiment dur ce soir parce que Jean-François était très concentré. Il avait toujours l’œil sur moi. Alors dès que je voulais faire quelque chose, il me suivait automatiquement et c’est donc plutôt moi qui travaillait pour lui! Alors je n’ai pas vraiment pu me démarquer. Toutefois, je suis assez content de ma saison. On préfère toujours gagner, mais les Mardis, c’est un monument au Québec. Je veux seulement dire félicitations à Jean-François», a déclaré Guillaume Boivin.

Fête chez les gagnants

Pendant ce temps chez Sleeman, l’ambiance était à la fête et le champagne coulait à flots. Pour Jean-François Laroche, 28 ans, il s’agit non seulement d’une deuxième coupe Pro Élite de suite, mais aussi d’un championnat durement acquis après un début de saison difficile. Il aura su persévérer et remonter lentement mais sûrement au général.

«On a commencé lentement, mais au moins on a été constant. Ça n’a pas été facile parce que Boivin a fait une belle saison. Tellement qu’hier j’étais pas mal stressé, je n’étais plus certain de l’avoir. C’est fantastique deux de suite et quatre pour l’équipe», a dit le grand champion en rappelant l’excellent travail qu’a accompli avant lui Sébastien Moquin, qui a célébré sa dernière course en carrière avec une 14e place.

C’est sans surprise que Frédéric Poisson de Trois-Rivières a mis la main sur la coupe cadet grâce à sa huitième victoire d’étape. Il a tout de même été chauffé de près par Raphaël Massé-Viau. Nicolas Gervais termine troisième.

Chez les femmes, on a couronné la cycliste Catherine Couture comme récipiendaire de la coupe féminine. Grâce à une brillante saison, Catherine a devancé ses rivales Virginie Gauthier et Laurie-Anne Dupont-Renaud. C’est Shanie Bergeron qui a remporté la 10e tranche.

Finalement, dans la course des minimes, Joakim Albert que l’on peut désormais appeler Joakim le Grand a conclu sa saison parfaite de 10 victoires de belle façon grâce à ni plus ni moins qu’une course parfaite lors de la finale (premier à tous les tours). Chapeau à ce jeune homme qui a bien hâte de courir avec les grands.

On vous attend à la grande finale, ce mardi 19 août

Incroyable mais vrai, la saison cycliste de la 31e édition des Mardis de Lachine tire déjà à sa fin et il faut dorénavant faire place à la toujours très attendue 10e étape et grande finale 2008.

«And now, c’est l’heure du spectacle. Now, showtime! Let’s get ready to rummmble. Cinq, quatre, trois, deux, un et c’est parti, excellent départ mesdames, messieurs !»

Si vous avez déjà assisté à une course des Mardis cyclistes, vous aurez compris qu’il s’agit là du rituel de départ du pdg de l’événement, Tino Rossi. Il vous a déjà impressionné de la sorte? Attendez-vous à bien meilleur pour la grande finale, ce mardi 19 août, parce que ça risque de brasser au parc LaSalle de Lachine.

Le maire, le président d’honneur et le pdg vous invitent à assister à la célévration de la grande finale ce mardi, 19 août.
Le maire, le président d’honneur et le pdg vous invitent à assister à la célébration de la grande finale ce mardi, 19 août.

Pour plusieurs, cette dernière étape est non seulement le moment de couronner le champion des Mardis cyclistes, mais il s’agit aussi d’une grande fête, d’un grand spectacle, d’une grande célébration du sport. Vous courrez aussi la chance de rencontrer des Québécois bien connus.

«C’est un maudit beau spectacle de vélo. La finale des Mardis, c’est vraiment quelque chose parce que les coureurs ont le couteau entre les dents et ils veulent tous gagner. Ça va être ma 12e finale je crois, et pour rien au monde je manquerais la 10e étape», explique avec passion le président d’honneur, Claude Pinard.

Attendez-vous à ce qu’il y ait du bruit à Lachine ce mardi. Chaque année, plus d’une dizaine de milliers de spectateurs se rassemblent pour l’événement et font du bruit.

Également chaque année, il y a une épluchette de blé d’inde et une manne de produits offerts tout à fait gratuitement. N’oublions pas le concours de pancartes. Des prix hors de l’ordinaire seront attribués à ceux ayant réalisé les plus belles affiches d’encouragement, peu importe leur sujet.

«La grande finale des Mardis, c’est à mon avis un des plus beaux événements sportifs du Québec. Et comme maire, c’est avec une grande fierté que j’invite les gens de Lachine et de partout au Québec à se déplacer ce 19 août pour venir encourager les athlètes, ainsi que pour remercier l’organisation. Il s’agit à tout coup d’une soirée exceptionnelle», indique le premier magistrat de l’arrondissement, Claude Dauphin.

Au cours de la saison des Mardis cyclistes, plusieurs vous le diront, on peut toujours manquer la deuxième, la cinquième ou la huitième étape, mais on ne peut pas manquer la grande finale.

Vous êtes cordialement invités à vous présenter au parc LaSalle, dès 17h30 pour les courses des jeunes et dès 19h pour la coupe Pro Élite. Ne partez pas non plus avant la fin, car le podium final est lui aussi un événement en soi car les gagnants reçoivent leur trophée.

Les derniers échos de la saison

On a rendu hommage à Arnaud Papillon et Jean-Sébastien Perras avant la course, eux qui ont dominé la classique Montréal-Québec en fin de semaine dernière,

Votre journaliste des Mardis Philippe Boisvert a tenté sa chance lors de la neuvième étape contre les jeunes (cadets). Suite à un mauvais départ, il n’a jamais pu les rattraper. Il ne suivra dorénavant plus les conseils de Laurent Mathieu!

Victoire surprise signée Maxime Vives

podium

David Veilleux, Maxime Vives et Ramos Kleber félicités par le maire.

Personne ne l’attendait, mais Maxime Vives s’est distingué et a remporté la neuvième et avant-dernière étape des Mardis cyclistes de Lachine grâce à un sprint complètement endiablé.

Le plus vieux des frères Vives (Calyon) âgé de 24 ans a coiffé à la ligne d’arrivée David Veilleux (Kelly Benefit) et le Brésilien Ramos Kleber (Garneau). En fait, les 11 premiers coureurs qui ont franchi la ligne avec près d’une minute d’avance faisaient partie d’une échappée qui s’est entamée à la mi-course.

«C’est super, ça faisait longtemps qu’on avait eu une victoire ici, je crois que ça va motiver l’équipe pour la fin de la saison. On (l’échappée) avait une bonne avance, mais je suis surpris qu’il n’y ait eu pas plus d’agressivité que ça derrière pour nous rattraper», a confié le vainqueur d’étape.

David Veilleux, deuxième, avoue s’être fait jouer un tour par Vives. «Ça a attaqué assez tôt alors j’ai commencé à suivre les trois qui étaient à l’avant. Mais ils ont ralenti devant moi et ma seule chance de gagner était de continuer à sprinter à fond. Max a pris ma roue et m’a dépassé au dernier moment.»

Les éternels rivaux, le porte-couleur du maillot jaune de leader Jean-François Laroche (Sleeman) et Guillaume Boivin (ÉVA-Devinci) ont terminé la course dans le peloton, en dehors des points. Laroche gagne un petit point et en a 66 d’avance sur son jeune poursuivant à la veille de la grande finale des Mardis, le 19 août. Laroche a tenu à sprinter pour l’honneur et est passé le premier à la ligne.

«Oui on peut dire que ça fait mon affaire, parce qu’en fait personne prend de points sur l’autre. C’est donc le statu quo pour la dernière étape, c’est là que ça va se jouer. Aujourd’hui, ce que j’avais à faire, c’était simplement de suivre Boivin, alors quand il y a eu l’échappée, je n’y pensais pas trop. Pour la finale, je devrai simplement essayer de le battre à tous les sprints et le final, et si je n’ai pas de malchance je suis confiant de pouvoir le faire.», explique le champion en titre.

L’atmosphère était aussi à la fête pour une autre raison chez l’équipe Sleeman car Daniel Belleville s’est emparé du maillot orange de meneur au classement dans la catégorie maîtres grâce à son excellente sixième position.

Du côté de la course des jeunes, un certain Stuart Wight qui en était à une première présence en sol lachinois a mérité la victoire devant nul autre que le maillot jaune Frédéric Poisson et Raphaël Massé-Viau.

Chez les femmes, la course a été tout aussi intéressante alors que Frédérique Lord l’a emporté devant Anne-Marie Morin, Laurie-Anne Dupont-Renaud et Catherine Couture, qui conserve la tête au classement.

Pour ce qui est des minimes, le phénomène Joakim Albert s’est poursuivi alors que le jeune cyclistes a remporté une neuvième course d’affilée en autant de tentatives cette saison. Il ne lui en reste plus qu’une pour compléter un calendrier parfait.

«La course de la vérité»

Montréal, le mardi 12 août 2008 – Le champion en titre Jean-François Laroche a finalement repris ce qu’il convoitait depuis le début de la saison et sera tout en jaune ce soir au départ de la neuvième et avant-dernière étape de la 31e édition des Mardis cyclistes de Lachine.

Le vétéran de 28 ans a dû trimer dur pour prendre la tête du classement général car un jeune loup âgé de seulement 19 ans ne s’en est pas laissé imposer, bien au contraire.

Mais lorsqu’on goûte à la victoire, on ne pense qu’à cela et la semaine dernière, Laroche (Sleeman Clear) a remporté une quatrième course cette tandis que Guillaume Boivin (ÉVA-Devinci) connaissait sa première contre-performance de la saison avec une neuvième position.

Philippe Boisvert)
La bataille de tous les instants continuera ce soir entre J-F Laroche et Guillaume Boivin. (Photo: Philippe Boisvert)

«Oui, Boivin a connu une mauvaise course, mais rappelons-nous que Jean-François Laroche avait eu des difficultés lors des deux premières étapes. Tout le monde connaît des mauvaises séquences et aujourd’hui on verra qui a le plus de munitions, qui est le plus motivé pour gagner le championnat. Ce sera la course de la vérité», croit le PDG des Mardis, Tino Rossi.

Désormais, le Montréalais Laroche compte 899 points contre 834 pour le Jonquiérois Boivin. L’écart est très mince car une bonne course peut rapporter près de 150 points. Et n’oublions pas que lors de la grande finale, les points seront doublés. Tout est encore possible pour Boivin.

«Il n’y a absolument rien de joué parce qu’il reste encore deux longues courses, affirme Rossi. Même s’il y aurait 200 points d’écart, ce serait faisable car n’oublions pas qu’il peut y avoir des accroches et des crevaisons. De toute façon, c’est déjà arrivé qu’il y ait un revirement important lors de la grande finale.»

Dans cette course entre le vétéran champion de la Coupe Pro élite et le jeune prétendant, Tino Rossi semble avoir une préférence pour le négligé. Mais peu importe le résultat final, Guillaume Boivin recevra un prix pour avoir été la révélation de l’année.

«On ne s’attendait vraiment pas à le voir là et lui non plus. C’est formidable ce qu’il fait et lors de la grande finale du 19 août, je suis certain que ce sera Boivin le plus motivé à gagner.»

Les autres courses seront également bien intéressantes à regarder ce soir au parc LaSalle. Le minime Joakim Albert, qui a promis une saison parfaite tentera d’y aller pour une neuvième victoire d’affilée.

Le cadet Frédéric Poisson tentera pour sa part de signer un huitième gain en neuf courses chez les jeunes, tandis que Catherine Couture voudra gagner une deuxième course de suite et conserver son maillot jaune.

Czeslaw, l’honorable doyen des Mardis

Maxime Joly-Smith, Hugo Lapierre et Dominic Cantin entourent leur mentor.

Maxime Joly-Smith, Hugo Lapierre et Dominic Cantin entourent leur mentor, Czeslaw.

Il y a les minimes, il y a les cadets, il y a les femmes, il y a des jeunes comme Guillaume Boivin qui, à 19 ans, sont déjà un gros morceau des Mardis cyclistes. Mais à travers les jeunes, il y a aussi les «moins jeunes», des guerriers comme Czeslaw Lukaszewic, qui sont là depuis belle lurette.

Après tout, il n’est pas si vieux que cela, car il n’a que 40 ans. Mais cela fait tellement longtemps qu’il course à Lachine et qu’il est connu des organisateurs et des spectateurs qu’on aurait tendance à dire comme Tino Rossi, qu’il est le «grand-père des Mardis».

Portant fièrement le numéro 865, Czeslaw Lukaszewic a encore le cyclisme dans le sang. La semaine dernière, lors de la huitième étape, Czeslaw s’est classé 12e sur 95 coureurs en terme de points à l’issue de la course.

Pas si mal pour coureur qui porte le maillot bleu et qui mène depuis le début de l’année la catégorie des maîtres B (40 ans et +). Polonais d’origine, le sympathique athlète est débarqué en Amérique du Nord en 1992, et aussitôt il s’est mis à participer aux Mardis cyclistes. Depuis, il ne manque jamais d’étapes.

«Pourquoi est-ce que je reviens toujours à Lachine? C’est parce que je me sens vraiment chez moi. Il y a le fan club, toute l’atmosphère, le public est formidable. Mais je viens aussi parce que j’adore la vitesse et il y en a dans une course de 50 km. Il y a aussi les accidents. Ce n’est pas drôle pour celui qui tombe, mais moi ça m’excite!», confie le cycliste, sourire aux lèvres.

Aujourd’hui, Czeslaw ne fait plus partie des prétendants au titre des Mardis, mais il a déjà gagné maintes épreuves au cours de sa carrière. En 1995 et 1996 notamment, il avait remporté la Coupe de l’arrondissement Lachine, remise au gagnant de la 10e et dernière étape de la saison.

Au cours de l’été, le Polonais d’origine a quitté l’équipe Sleeman Clear pour former sa propre formation, 2peers. Cette nouvelle équipe a pour but d’aider les jeunes à poursuivre leur développement. On y retrouve une dizaine de cyclistes prometteurs qui se retrouvent sous l’aile de Czeslaw.

«Moi, j’ai besoin de motivation pour faire un bon résultat. Les jeunes et les vieux ensemble, on veut performer, on veut faire quelque chose de bon. Aujourd’hui (mardi), on a travaillé avec Dominic qui a fait une 10e place. C’était notre troisième top-10 de l’année», explique le doyen.

Les échos des Mardis

Outre notre Polonais favori, un autre «vieux» faisait partie de la course Pro élite. Bernard Vives, le père de Charly et Maxime était là pour donner un coup de main.

Il fallait le voir pour le croire. Tino Rossi s’est improvisé chauffeur de voiture de course alors qu’il a suivi les minimes de l’arrière pendant leurs 10 tours…

Coup double pour Laroche!

Montréal, le mardi 5 août 2008 – Dans ce qui a été une des courses les plus excitantes de l’histoire des Mardis cyclistes de Lachine, Jean-François Laroche a non seulement mérité la victoire mais s’est aussi emparé du maillot jaune de leader.

Philippe Boisvert

J-F Laroche s'empare du maillot jaune pour la première fois de la saison. Photo: Philippe Boisvert

Au sprint final, l’avocat de 28 ans de l’équipe Sleeman Clear n’a devancé que par quelques épaisseurs de roues les coéquipiers Martin Gilbert et Keven Lacombe chez Kelly Benefit Strategies.

Guillaume Boivin (ÉVA-Devinci) n’a pas connu une course du tonnerre et a franchi l’arrivée en neuvième position, lui qui était toutefois parmi les premiers au dernier virage.

À cause de cette contre-performance et de l’excellente course de Laroche, Boivin perd 91 points lors de cette seule étape et tire maintenant de l’arrière par 65 sur son adversaire (899 contre 834). Les porte-couleurs des maillots jaune et rouge seront donc inversés pour la neuvième et avant-dernière étape de la saison mardi prochain.

Parlant de Laroche, il était visiblement très heureux de la situation lorsqu’il s’est pointé dans l’enclos de son équipe. Les félicitations du genre «t’as assuré à la fin» et «t’as vraiment bien couru» fusaient de toutes parts de la bouche de ses coéquipiers.

«Ah oui 65 points? C’est génial, je suis très satisfait. On fait seulement continuer sur notre lancée et ç’a été un gros coup. C’était une course vraiment très difficile et je suis content d’avoir battu des gars comme Gilbert et Lacombe au sprint. Sur une course de 200 bornes je ne pourrait pas les tenir, mais ici je peux!», s’est exclamé le vainqueur de quatre des six dernières étapes.

Après avoir bataillé toute la saison pour remonter sur Boivin, Laroche a enfin les commandes. Mais il n’a pas l’intention de mettre la pédale douce et d’y aller de prudence pour les deux dernières courses.

«On va continuer à se défoncer et tout donner d’ici la fin», a-t-il simplement dit.

Du côté de Martin Gilbert qui était de passage une dernière fois à Lachine avant de prendre l’avion en direction de la Chine pour les Jeux olympiques, il était très satisfait de sa deuxième position.

«C’est sûr que j’ai tout donné pour gagner ce soir, mais ce n’est pas grave. Je suis tourné assez loin au tournant, environ sixième. J’ai été capable de tous les remonter sauf Laroche», a confié celui qui sera sur piste le 19 août avec son équipier Zach Bell pour la course à l’Américaine.

Ramos Kleber, troisième au général, était absent à cause d’une vilaine chute qu’il a eue la veille. Il trône toujours au troisième rang du général. Plusieurs échappées et attaques ont été enregistrées au cours de la soirée.

Dans la course des jeunes, le Trifluvien Frédéric Poisson a mérité une autre victoire en devançant Philippe Nadon et Jean-Michel Naud. Au classement, Poisson (926 pts) domine assez facilement devant Raphael Massé-Viau (730 pts).

Chez les femmes, la redoutable Catherine Couture a finalement battu Laurie-Anne Dupont-Renaud à la ligne d’arrivée pour mériter la victoire. Elle conserve ainsi son maillot jaune de leader.

Finalement, dans la catégorie des minimes, le grand Joakim Albert a poursuivi sa domination avec ni plus ni moins qu’un huitième gain en autant de courses. Pas nécessaire de vous dire qui mène au classement.

Doublé canadien chez les femmes à Bromont

Le podium victorieux

Le podium victorieux

La pluie s’est abattue sur Bromont au cours de la journée mais cela n’a pas empêché les coureurs et coureuses de donner tout un spectacle aux amateurs qui s’étaient déplacés pour la présentation de cette deuxième étape en autant de semaines en sol québécois de la Coupe du Monde Nissan UCI de vélo de montagne.

Dimanche avaient lieu les toujours très populaires courses de cross-country. C’est Catherine Pendrel (Luna Team) de la Colombie-Britannique qui a été la première à franchir la ligne d’arrivée et les 18,4 km de course en un temps de 1 h 37 m et 43 s.

La favorite locale, la Québécoise Marie-Hélène Prémont (Rocky Mountain) l’a suivie 1 m 53 s plus tard pour compléter le doublé canadien. L’athlète de Château-Richer a été chaudement applaudie tout au long de la course et lors de la cérémonie de remise des prix.

Avec cette bonne performance, Marie-Hélène s’empare d’une avance quasi insurmontable avec deux étapes restantes au calendrier de la UCI, qui seront disputées après les Jeux olympiques de Beijing.

La Tchèque Katerina Nash (Luna Team) a pour sa part complété le podium. Les meilleures autres canadiennes ont été Amanda Sin, Jean Ann McKirdy, Emily Batty et Wendy Simms, qui ont respectivement terminé 15e, 17e, 18e et 20e.

Hommes

Du côté masculin, le Français Julien Absalon (Orbea) a remporté la course devant le Suisse Lukas Fluckiger (Athleticum) et l’Américain Adam Craig (Giant) grâce à un chrono de 2 h 16 m et 24 s. Absalon accroît lui aussi son avance au classement général.

Geoff Kabush, de Courteney en C.-B. a été le meilleur canadien grâce à une excellente quatrième place. Seamus McGrath et le Québécois Mathieu Toulouse ont été les suivants en terminant 15e et 20e.

Catherine Pendrel, Marie-Hélène Prémont, Geoff Kabush et Sea McGrath seront tous des prochains Jeux olympiques comme porte-couleurs du Canada en vélo de montagne.