La 34e édition : une saison remplie de promesses

La 1re étape des Mardis sera présentée le 7 juin 2011 (Photo Philippe Boisvert)

La 1re étape des Mardis sera présentée le 7 juin 2011.

Le mardi 31 mai 2011 – C’est avec fébrilité que ’organisation des Mardis Cyclistes annonce le lancement de cette 34e saison d’activité. Dans une semaine exactement, le mardi 7 juin, la 331e course de l’histoire des Mardis sera lancée. Pour l’occasion, 5 500 $ seront attribués à quiconque abattra le record du parcours.

C’est Guillaume Boivin, médaillé de bronze des Championnats du monde U23, qui détient le record des Mardis depuis le 11 août 2009. Boivin avait alors franchi les 50 km du critérium en 58 min 52 sec, pour une vitesse moyenne de 50,9 km/h. Il avait littéralement fracassé l’ancienne marque du réputé Dominique Rollin.

Jean-François Laroche, champion défendant.

Jean-François Laroche, champion défendant.

En 2011, la bourse sera à nouveau majorée de 500 $ par étape, et ce, jusqu’à ce que le record soit battu. Ainsi, le coureur qui réussirait à établir une nouvelle marque lors de la dixième et dernière étape de la saison (présentée le mardi 16 août), pourrait repartir avec une cagnotte de 10 000 $. Au total, les bourses de cette 34e édition s’élèveront à 24 750 $, du jamais vu!

Le président-fondateur des Mardis, Joseph «Tino» Rossi, croit que ce cachet monstre attirera des équipes de haut niveau. C’est le début d’une nouvelle ère. «Déjà, quatre ou cinq équipes professionnelles américaines ont manifesté leur intérêt pour venir à la grande finale. J’ai confiance. Si le record est battu, ce sera un Québécois qui réalisera l’exploit, parce que les coureurs locaux ont l’avantage de bien connaître l’enjeu, ainsi que le circuit des Mardis», explique-t-il avec enthousiasme.

Le champion en titre de la coupe Pro-Élite Saputo, Jean-François Laroche, tentera cet été de décrocher un quatrième titre en carrière. Jean-François aura toutefois de nouveaux adversaires alors que l’équipe japonaise Fuji-Cycling Time fera son entrée dans le peloton de tête. L’attribution d’un nouveau maillot, celui de l’athlète le plus combatif (ayant mené le plus de tours), promet également d’animer le spectacle.

Le président d’honneur de cette 34e édition sera l’ex-hockeyeur Yvon Lambert. Celui-ci devient le cinquième représentant du Canadien de Montréal à exercer cette fonction dans l’histoire des Mardis Cyclistes.

Une réussite depuis 1978

Une panoplie de Québécois ayant fait leurs premières armes à Lachine évoluent désormais chez les professionnels. On n’a qu’à penser à Dominique Rollin (champion des jeunes 1998), Martin Gilbert (quadruple champion Pro-Élite), Guillaume Boivin (révélation 2008) et Hugo Houle (révélation 2009).

Martin Gilbert

Martin Gilbert

Curieux et passionnés de cyclisme sont invités dans les rues de Lachine, du mardi 7 juin au mardi 16 août (avec une pause le 19 juillet), afin de voir l’élite québécoise, canadienne et parfois même internationale du cyclisme s’attaquer à un parcours des plus rapides. Les courses espoir débutent à 17 h 30, tandis que le clou de la soirée, la course Pro-Élite, est présenté à 19 h.

Si les Mardis font courir les foules, c’est notamment grâce au support inlassable de l’arrondissement Lachine. L’organisation tient à remercier ses précieux commanditaires et partenaires, sans qui il serait impossible de présenter un événement de cet envergure : Saputo, Samson Groupe Conseil, Specialized-Quilicot, Assurances Morin, la caisse Desjardins Provost de Lachine, LaSalle Fiat, Molson, Pepsi-Cola, Bacardi, le SPVM, Urgences Santé et le Service de sécurité incendie de Montréal.

Les Mardis sont à la recherche d’un photographe

Les Mardis se cherchent un photographe

Les Mardis se cherchent un photographe

Le vendredi 20 mai 2011 – L’organisation des Mardis Cyclistes est à la recherche d’un photographe afin de compléter son équipe pour la saison 2011.

Les candidats intéressés devront assister à toutes les courses des Mardis et être en mesure de fournir leurs photos rapidement après chaque épreuve.

Veuillez envoyer une ou des photos de vélo prises dans le feu de l’action à : philippe.boisvert@mardiscyclistes.net

25 000$ et un record à battre!

Are-you-ready-to-rumble le 7 juin 2011 pour un excellent départ!

Début de la saison le 7 juin.

Le jeudi 12 mai 2011 –  L’organisation des Mardis Cyclistes a surpris tout le monde le 9 mai dernier des bourses records de 25 000 $ pour la prochaine saison.

Ce qui ajoute à l’attention médiatique qui est portée à cet épreuve, c’est la bourse du record du parcours, établi par Guillaume Boivin, médaillé de bronze aux Championnats du monde de cyclisme sur route U23 en 2010.

Le 11 août 2009, lors de la grande finale de la 32e édition, Boivin avait franchi les 50 kilomètres et 31 tours en 58 minutes et 52 secondes pour une vitesse moyenne de 50.9km/h. Il avait fracassé la précédente marque qui avait été établie auparavant par Dominique Rollin.

« Il ne faut pas perdre de vue que le record a été établi dans des circonstances très particulières. Spidertech a contrôlé le peloton tout au long de l’étape dans un style de contre-la-montre par équipe qui s’est soldé par une victoire de Guillaume Boivin. Il ne faut jamais dire jamais, mais il faut savoir rester réaliste : la barre est haute ! » exprime  Erik Lyman, propriétaire associé de Team Spirit.

« Il y a pas d’équipe élite québécoise en mesure de rouler devant pendant une heure et battre le record. La seule équipe qui pourrait encore battre le record est l’équipe professionnelle Spidertech », assure le petit frère du recordman, Pierre-Etienne Boivin, membre de l’équipe française Amicale Cycluste.

« Les Mardis Cyclistes sont certes très rapides, la chaussée et le parcours étant optimisés et uniques, il y a moyen de prendre les courbes sans freiner. Je crois que le record sera difficile à battre. L’équipe Spidertech avait roulé toute la course à l’avant pour se faire coiffer par Boivin… De ce fait, je crois que la seule chance qu’il soit battu viendrait d’une échappée très costaude », de dire  Jean-Michel Lachance, membre de l’équipe française AMC Bisontin.

« Tout est possible pour le record de vitesse, il suffit que les coureurs soient gonflés à bloc et hop le record est éclipsé! Pour le vainqueur, il y a plusieurs bon sprinteurs dans le peloton, le meilleur tacticien remportera la palme », croit pour sa part Stéphane Tremblay, directeur sportif de l’équipe élite québécoise Le Gaspésien.

Les Mardis Cyclistes seront présentés du 7 juin au 16 août

L'ambiance est toujours à la fête aux Mardis! (Photo Philippe Boisvert)

L’ambiance est toujours à la fête aux Mardis!

Le lundi 9 mai 2011 – Les Mardis Cyclistes de Lachine seront de retour pour une 34e édition cet été. Les critériums les plus en vus au Canada seront présentés les mardis soirs, du 7 juin au 16 août (avec une pause le 19 juillet).

Rappelons que les Mardis Cyclistes, c’est un championnat de 10 courses de 50 kilomètres, basé sur les sprints.

Les amateurs qui assistent aux courses des Mardis (catégories minimes, jeunes, femmes, juniors, seniors et élites) ont la chance de voir des coureurs rallier le fil d’arrivée à des vitesses approchant les 70 km/h.

L’attention médiatique que reçoit l’événement, ainsi que les nombreuses bourses (un total record de 25 000 $ en 2011) font de cette compétition un enjeu principal de la saison cycliste québécoise.

Tous les ans, les amateurs ont également l’occasion de voir à l’œuvre des professionnels, qu’ils viennent du Canada, des États-Unis, de France, de Belgique, de Nouvelle-Zélande ou d’Australie.

Au cours des dernières années, plusieurs champions canadiens, olympiens et participants au Tour de France sont venus courir à Lachine, question de tester l’une des courses les plus rapides de la planète.

La formule

Dès le mardi 7 juin, les amateurs de vélo et les curieux sont conviés aux abords du parc LaSalle, pour assister au grand spectacle des Mardis Cyclistes.

Les courses pour les plus jeunes débutent à 17 h 15 et 18 h, tandis que l’épreuve reine, celle pour l’obtention de la Coupe Pro-Élite Saputo, est lancée à 19 h.

Le classement fonctionne par un système de points. Des points son attribués aux 10 premiers qui franchissent un sprint intermédiaire à l’avant (à tous les 5 tours) (10,9,8…), ainsi qu’à la toute fin de la course (100,90,80…).

La ligne de départ/arrivée est située sur la 10e Avenue, entre les rues St-Antoine et Victoria. Le parcours est d’une distance d’un mile ou 1.61 km au tour (31 tours), plat, avec quatre virages à gauche.

Les nouveautés 2011 seront rendues publiques une semaine avant le début des compétitions.

Rappelons que le Magogois d’origine Jean-François Laroche, est le champion défendant des Mardis. Ce grand maître du sprint final tentera cet été de remporter un quatrième titre en carrière.

Des forces équilibrées au sein des équipes.

Des forces équilibrées au sein des équipes.

Lachine, jeudi le 5 mai 2011-  Si Jean-François Laroche, le triple champion des Mardis Cyclistes présenté par Saputo dans l’arondissement Lachine, planifie l’obtention d’un 4e titre en 2011, le reste du peloton ne le voit pas du même oeil. Jean-François Laroche qui a représenté le Canada en Europe avec la formation national devra sortir un grand coup pour continuer son ascension dans l’histoire des Mardis Cyclistes à ce XXXIVe championnat.

Martin Gilbert, Joseph "Tino" Rossi et Jean-Francois Laroche

« J’imagine que finir deuxième te donne le goût de monter d’une place sur le podium! Pour les autres coureurs de l’équipe, si Mathieu Roy est désigné comme leader aux Mardis Cyclistes, les autres vont travailler pour lui. Il est certain que Mathieu et l’équipe Gaspésien seront présent à Lachine cette saison pour tenter de faire remporter le championnat 2011 à Mathieu qui a gravit la deuxième place du classement général presque sans aide la saison dernière. En 2011, avec 6 coéquipiers, il sera mieux entouré. » Exprime le Directeur sportif de l’équipe le Gaspésien, M Stéphane Tremblay.

Erik Lyman propriétaire associé de Team Spirit avec Benjamin Martel (Champion de la coupe du Maire 2010 présenté dans le cadre de la grande finale des Mardis Cyclistes), le voit sous un autre oeil. Selon Lyman, Le Champion 2010 des Mardis Cyclistes, Jean-François Laroche doit s’attendre à une année forte en succès qui devrait se solder par sa victoire aux Mardis Cyclistes Saputo 2011. »En effet, compte tenu de son expérience, du fait que  les forces semblent être très équilibrées au sein des équipes Élites québécoises de premier plan, je ne vois personne en mesure de détrôner Jean-François Laroche. Cela dit, je m’attends à des courses ouvertes et beaucoup d’échappées, ce qui, inévitablement, mettra de la pression sur Laroche et son équipe. » affirme Lyman. « Notre objectif en 2011 est d’obtenir des succès sur les étapes des Mardis Cyclistes Saputo, et peut-être aussi au classement général. Évidemment, il ne faut pas tomber dans le piège de vouloir revivre les mêmes succès qu’en 2010. » Conclut-il.

De l’autre coté de l’antlantique sur le vieux continent, les Mardis Cyclistes font parties  des pensées des cyclistes québécois qui sont à parfaire leur apprentissage et connaître un tournant dans leurs carrières. Pierre-Etienne Boivin qui nous a démontré ses capacité de sprinteur dans le championnat 2010 s’intéresse au championnat 2011 des Mardis Cyclistes. « En faisant des courses de haut niveau en Europe on apprend à être patient. Il faut attendre les bons coups et ne pas suivre tout les coups en pensant que ça peut etre le bon. Il faut bien lire la course. Je pense que c’est un aspect qui peut être utile aux Mardis Cyclistes puisque comme on le sait l’an dernier plusieurs étapes du championnat ce sont terminées en échappé. » nous confit Boivin, porte couleur de l’équipe de France, Amicale Cycluste de Thann en 2011.

Quand il est questioné sur les possibilités de Jean-François Laroche, il croit beaucoup plus en la jeunesse qui est sur le circuit. « Je pense que, comme à toute les années il va y avoir beaucoup de compétition et que certains jeunes vont lui pousser dans le dos. Je penses à des gars comme Pierrick Naud, qui sera un favoris pour le prochain championnat, avec la saison qu’il a eu l’an dernier je ne serais pas surpris qu’il donne du fils à retorde à Jean-François. Sinon, je crois que Team spirit aura aussi sa place dans les têtes d’affiches des mardis cette saison, c’est en famille que les gars se présenterons pratiquement à chaque mardis pour tenter d’aller chercher des points au classement général. » affirme t-il.

Jean-Michel Lachance, membre de l’équipe Canadienne sur piste et porte couleur de l’équipe sur route de France, AMC Bisontin en division nationale 2, est convaincu dans ses propos « Je pense que la compétition viendra des équipes québécoise comme le Gaspésien avec Mathieu Roy, 2eme en 2010. » Pour ce qui est de prendre de l’expérience en sol étrangé, il est positif vis-à-vis cette phase du développement d’un athlète « En Europe les routes sont très étroites et il ne faut pas avoir peur de frotter. Les Mardis Cyclistes sont certes très rapide, mais la chaussée et le parcours étant optimisé et unique, il est beaucoup plus facile de se positionner et il y a moyen de prendre les courbes sans freiner, la compétition est aussi féroce des deux côtés de l’Atlantique. »

Dans à peine un mois, les athlètes cesseront les discussions pour ainsi concrétiser les paroles en actions. Le fébrilité sera du départ de la première étape le mardi 7 juin 2011 pour l’ouverture du XXXIVe Championnat des Mardis Cyclistes présenté sur la 10e avenue dans l’arondissement Lachine à partir de 17h15.

Martin Gilbert garde le moral

Martin Gilbert (Cycle Sport Management)Le lundi 2 mai 2011 – Le cycliste professionnel Martin Gilbert (multiple champion des Mardis Cyclistes) connaît un début de saison 2011 pas très reposant, parsemé de vilaines chutes et de résultats plus ou moins intéressants.

Le Châteauguois de 28 ans, membre de la formation canadienne SpiderTech, a participé à plusieurs courses en Italie (1), en Belgique (5) et aux Pays-Bas (1), face aux meilleurs coureurs de la planète.

« Ce n’est pas facile », avoue Gilbert, qui est de retour au Québec pour une deuxième fois depuis le début la saison. Celui-ci a été victime de chutes non seulement le 13, mais également le 16 avril.

À l’épreuve de la Flèche brabançonne (Belgique), un coureur adverse s’est écrasé tout juste devant lui, alors que le peloton filait à une vitesse avoisinant les 50 km/h.

« Je crois qu’il (le coureur) mangeait, parce qu’il n’avait qu’une seule main sur le guidon. Il s’est pris un trou et comme on roulait très vite, je n’ai pas eu le temps de l’éviter. J’ai fait une culbute par-dessus lui et j’ai ensuite fait une roulade, afin d’éviter le pire », explique le principal intéressé.

Trois jours plus tard à la Dwars door Drenthe (Pays-Bas), Gilbert s’est à nouveau trouvé dans le pétrin. Des coureurs situés à l’avant de lui ont court-circuité un terre-plein, dans le but de gagner quelques places avant une section de pavé. Encore une fois, le temps de réaction fut minime.

« J’avais deux choix, soit de mettre les freins et de perdre 30 ou 40 positions, ou bien de faire la même chose. J’ai tenté le coup, mais je n’avais pas eu le temps d’étudier le terrain. Un poteau de téléphone s’est retrouvé sur mon chemin. Les roues n’ont pas réagi dans le gazon. J’ai percuté le poteau de plein fouet avec mon genou et mon épaule gauches, puis j’ai été projeté sur le sol du côté droit. »

Le Québécois a bien tenté de repartir, mais un médecin de course lui a fortement suggéré d’abandonner, vu l’état piteux de son coude droit.

Avant ces deux chutes, Martin avait également été victime d’une intoxication alimentaire et d’une infection pulmonaire au mois de mars.

Le Châteauguois n’a pas été en mesure de donner son plein rendement depuis le début de la saison. Son coéquipier Keven Lacombe, avec qui il partage la tâche de sprinteur désigné, en a également fait les frais.

« Malheureusement, je n’ai pas pu aider mes coéquipiers comme j’aurais voulu le faire. J’ai réussi à bien positionner Keven pour le sprint à quelques reprises, mais c’est tout », explique Gilbert, de retour à la maison depuis le 19 avril.

Un apprentissage à la dure

Les résultats tardent également à venir du côté de ses équipiers. SpiderTech en est à sa première saison dans la cour des grands. La formation dirigée par Steve Bauer (porte-couleur du maillot jaune au Tour de France de 1988 et 1990) compte dans ses rangs 19 coureurs, dont neuf Québécois, sept Canadiens, deux Américains et un Mexicain.

Martin Gilbert croit que l’équipe en est période de transition. Chaque coureur a une certaine expérience de ces courses de haut calibre. Il s’agit maintenant de mettre tout les morceaux en place.

Pour l’instant, le seul podium de la formation SpiderTech en 2011 a été réalisé par l’Ontarien Will Routley, qui s’est classé deuxième au Tour de Tro Bro Leon (France).

« On n’a rien accompli d’extraordinaire, mais on n’est pas bien loin. On sait qu’on peut rivaliser avec ces gars-là, car on a tous déjà couru contre eux. Il faut dire que je ne suis pas le seul à avoir été malade… Il y a aussi le fait que les courses soient disputées différemment en Europe. Les routes sont plus sinueuses, leur largeur fluctue et il y a beaucoup de pavé. Si on continue à travailler, les résultats vont venir », assure le Châteauguois.

Place au Tour de Californie

Martin Gilbert avale actuellement les kilomètres en vue de la prochaine course importante de son calendrier : le Tour de Californie, présenté du 15 au 22 mai.

« Je n’ai pas été épargné depuis le début de la saison, mais je crois que ma série de malchances est terminée. »

Gilbert espère donc renverser la tendance en Californie. L’occasion sera belle car c’est justement en sol américain qu’il a connu sa plus grande heure de gloire. Lors de la septième étape du Tour du Missouri 2009, Gilbert avait épaté la galerie en disposant du Norvégien Thor Hushovd, au sprint final.

Le Châteauguois estime que trois étapes du Tour de Californie pourraient se terminer au sprint. Il entend être prêt à ouvrir les valves, en compagnie de son équipier Keven Lacombe.

« Moi et Keven, ça fait longtemps qu’on roule ensemble. Durant la course, on reste côte à côte, on sait si l’un ou l’autre va moins bien. Qui va sprinter? Ça va se décider sur le terrain. Notre objectif sera de terminer sur le podium lors des étapes qui vont se jouer au sprint. Je crois que c’est réalisable […] En santé, on est capable de gagner des courses », assure le cycliste.

(Source : Express de Châteauguay)