Tout commence avec la Fédération

Louis Barbeau et Tino Rossi

Louis Barbeau et Tino Rossi

Tout événement d’envergure comme les Mardis cyclistes de Lachine ont besoin de partenaires solides pour vivre pendant plus de 30 ans.

À l’heure actuelle, les différents cyclistes qui se sont succédé au cours des années ont franchi maintes fois la ligne de départ/arrivée. Depuis 1978, près de 9500 tours de pistes, 306 courses Pro élite et 30 championnats ont été enregistrés.

Et la Fédération québécoise des sports cyclistes, à l’instar des commanditaires, y est pour beaucoup dans les succès retentissants qu’ont les Mardis cyclistes depuis leur début.

Ancien athlète de ski de fond, Louis Barbeau s’est dirigé vers le vélo il y a plusieurs années car les deux sports se complétaient très bien. Après avoir été entraîneur de vélo, il est dorénavant le directeur général de la FQSC. Il ne se fait pas prier pour louanger les Mardis.

«À la Fédération, on a un calendrier d’environ 300 événements à chaque année. Mais les Mardis, c’est 31 ans de rendez-vous fidèles et une fenêtre qui offre une visibilité exceptionnelle pour les clubs. Tout en offrant une chance aux coureurs de se développer car c’est une organisation très professionnelle. En quelque part, c’est un modèle pour bien d’autres compétitions. C’est le souci du détail qui est si important ici à Lachine», indique Barbeau.

Questionné à savoir quel coureur il voyait grand gagnant à la fin du championnat 2008, le directeur gérant s’est montré plutôt évasif.

«C’est difficile à dire, car nous n’en sommes qu’un peu plus qu’à la mi-saison. En ce moment, il y a deux gars en Guillaume Boivin et Jean-François Laroche qui semblent être très bien partis. Mais ce qui est sûr, c’est que pour gagner aux Mardis, il faut être présent souvent et on ne peut pas se permettre d’avoir une mauvaise course et de ne récolter que quelques points», confie-t-il.

Les échos des Mardis

La pluie s’est fait sentir la semaine dernière et ce serait la faute à Louis Barbeau. Car dès qu’il a pesé sur la gachette du pistolet pour lancer la course, une fine pluie est tombée sur la piste. Prière de ne pas déranger Dame Nature.

Selon certaines sources, la course qu’a disputé Eric Lyman mardi et qui s’est terminée par une deuxième position sur le podium pourrait bien être la dernière qu’il faisait à Lachine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s