Journaliste, mais aussi partenaire

Claude, Gilles, Tino et Marcel, tout un quatuor!

Claude, Gilles, Tino et Marcel, tout un quatuor!

Les Mardis cyclistes existent maintenant depuis plus de 31 ans, mais n’auraient peut-être pas survécu sans l’apport incomparable de plusieurs personnes.

Et l’une de ces personnes, est nulle autre que le journaliste du Journal de Montréal, Gilles Vachet. Ce dernier couvre les courses cyclistes lachinoises depuis le tout début. Les Mardis n’ont plus de secret pour cet homme qui a fêté ses 35 ans de service au Journal en mars dernier.

Si aujourd’hui la tâche est des plus faciles pour M. Vachet de couvrir les Mardis, ce n’était pas nécessairement au début de sa carrière dans le quotidien montréalais, alors qu’il n’était âgé que de 18 ans.

«En 1976 lors des Jeux olympiques de Montréal, on avait tous une assignation et moi ça a été de couvrir tout ce qui se passait au vélodrome. C’est comme ça que j’ai connu Tino car c’était lui qui s’en occupait. Je ne connaissais absolument rien au vélo avant cela.

«Alors en 1978 quand les Mardis ont commencé, c’était tout naturel pour moi d’aller les couvrir comme je connaissais Tino. Ce n’était pas bien gros la première fois. Je me rappelle qu’il n’y avait qu’une vingtaine de coureurs et que la ligne d’arrivée était tracée à la craie!», se souvient le journaliste.

Depuis, Vachet a connu plusieurs grands champions, des grandes équipes, mais s’est surtout fait bien des amis dans le monde cycliste, en commençant par le PDG, M. Rossi.

«On est ben chums, c’est un de mes meilleurs amis. On va souvent jouer au golf ensemble, des choses comme cela. J’habite et je suis né à Chomedey-Laval, mais mon deuxième domicile, c’est vraiment Lachine. À un moment donné, je m’étais même décidé à déménager ici», poursuit Gilles.

Pour ce qui est de l’événement en tant que tel, Vachet est à la fois surpris et non de la progression qu’ont eue les Mardis cyclistes depuis leur commencement.

«Oui c’est sûr que je suis surpris de voir comment ça a progressé. Mais en même temps, Tino en rajoute toujours à chaque année et il travaille très fort. Les gens l’aiment et le fait aussi qu’on en parle depuis le début dans le Journal a sûrement aidé. Maintenant, c’est vraiment devenu une belle école, les gars commencent tous ici.»

Les échos des Mardis

Lorsque Laurent Mathieu a annoncé après la victoire de Ramos Kleber que personne ne l’avait prédit, il avait tout faux, car Tino Rossi me l’avait confié à l’avant-dernier passage.

Martin Gilbert, la «coqueluche des Mardis», était absent, car il est en mode préparation pour les Jeux de Pékin qui débuteront cette semaine. Il est le seul Québécois en cyclisme en Chine.

Laurie-Anne Dupont-Renaud a été exceptionnelle aux Championnats du monde junior avec une quatrième place. À Lachine, c’est deux victoires de suite pour la jeune cycliste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s