Les bleuets du Saguenay-Lac-St-Jean s’échauffent… à Lachine!

Le vendredi 11 juin 2010 – On pourrait comparer les Mardis Cyclistes aux séries éliminatoires d’un sport comme le hockey. Vitesse, agilité et endurance sont demandées semaine après semaine, course après course.

Les hauts et les bas sont au rendez-vous pour les différentes équipes, mais au bout du compte, il n’y a qu’un seul champion.

Stéphane Cossette, lors de la 1re étape. (Photo Guy Maguire)

Membre de l’équipe Spidertech, Stéphane Cossette est champion canadien du kilomètre sur piste. Il vise les Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Cossette et Spidertech ont fait un travail exemplaire lors de la première étape de la saison, mardi dernier, et leur coéquipier Martin Gilbert l’a emporté au sprint. Spidertech a célébré.

Le cœur était on ne peut moins à la fête du côté de la formation Nativo Concept PG et du champion québécois sur route de 2008, Simon Gagnon-Brassard. Aucun membre de la formation n’a réussi à se placer dans l’échappée victorieuse.

Les deux se sont fusillés du regard et ont tenu une solide argumentation à l’issue de la course…

Mardis Cyclistes: Stéphane Cossette (Spidertech), quelle est l’ambiance dans l’équipe après une victoire à la première étape?

Stéphane Cossette: L’ambiance est bonne. Tout le monde est un peu plus nerveux à la première étape parce que tous veulent s’afficher. Mais nous avons bien joué nos cartes et l’échappée a tenu jusqu’au bout.

Mardis Cyclistes: Martin Gilbert nous a laissé entendre qu’il ne serait pas retenu pour une course internationale mardi prochain. Quel sera le rôle des cyclistes de chez Spidertech pour la deuxième étape?

Stéphane Cossette: Je ne sais pas encore quelle sera la composition de l’équipe, mais il est à prévoir que beaucoup de coureurs seront absents pour le Tour de Beauce. Nous jugerons en temps et lieu de la meilleure stratégie à adopter pour gagner.

Mardis Cyclistes: Simon Gagnon-Brassard (Nativo Concept PG), que s’est-il passé pour que vous n’ayez aucun coureur dans l’échappée de 10 coureurs?

Les Nativo tirent une leçon du premier mardi de la saison.

Simon Gagnon-Brassard: C’est difficile à expliquer, on a complètement raté notre coup mardi dernier. On ne s’est présenté qu’à moitié. Nous avons fait des erreurs impardonnables. Nous n’avons pas été à la hauteur du potentiel de notre équipe.

Mardis Cyclistes: Simon, vous avez tenté de revenir et vous vous êtes approchés à moins de 6 secondes avec 5 tours à faire. Quelle était votre stratégie?

Simon Gagnon-Brassard: Nous n’avions pas vraiment de stratégie. Quand on a vu que ça ne semblait pas revenir et que nous n’avions aucun porte-couleurs dans l’échappée, nous avons convenu de tout donner pour revenir sur le groupe d’échappée, mais sans succès.

Mardis Cyclistes: Stéphane, Spidertech était bien représentée à l’avant. Vous n’aviez donc aucune envie de voir cette échappée se faire reprendre par un peloton mené par Nativo Concept. Qu’aviez-vous, toi et Simon, à vous reprocher après la course?

Stéphane Cossette: Les Nativo travaillaient ensemble pour rattraper l’échappée, alors je me suis glissé dans leur train pour ralentir leurs ardeurs. Simon voulait ma place et je ne la lui ai pas donnée. Il m’a reproché de ne pas prendre mes relais.

Simon Gagnon-Brassard: Nous étions un peu frustrés d’avoir manqué notre coup. On s’est mis à chasser Stéphane parce qu’il nous bloquait et nous faisait perdre du temps alors que nous tentions de rattraper le groupe de fuyards. Il a fait son travail. Mais la situation ne se répètera pas, car nous ne manquerons pas notre coup mardi prochain!

Mardis Cyclistes: Quels sont les ajustements que vous apporterez pour la deuxième étape?

Simon Gagnon-Brassard: La prochaine étape sera un peu difficile, car plusieurs gros canons (Jean-Michel Lachance, Michaël Joanisse, André Tremblay et Arnaud Papillon)  seront probablement partis pour la Beauce. Donc pour ceux qui seront présents, nous tenterons d’être dans tous les coups et de ne pas se faire surprendre. Il faut être vigilant du début à la fin, car on ne peut pas se permettre de faire les mêmes erreurs que mardi. Il faut en tirer une leçon.

Mardis Cyclistes: Stéphane, en tant que spécialiste de la piste, qu’est-ce qui est si différent entre la piste et la route?

Stéphane Cossette: C’est complètement différent.  Il s’agit d’un autre système énergétique. C’est comme comparer les coureurs du 100 m en athlétisme et les marathoniens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s