Il n’en reste plus que deux!

Montréal, le mardi 10 août 2010 – À l’aube de la 9e étape de la 33e saison des Mardis Cyclistes, les athlètes se disputant la coupe Pro-Élite Saputo sont unanimes: Pierrick Naud (Rocky Mountain) est une étoile montante du cyclisme québécois.

L’Amossois de 19 ans a tellement impressionné les bonzes du cyclisme québécois et canadien qu’il a été invité au camp de sélection de l’équipe canadienne des moins de 23 ans qui participera aux prochains Championnats du monde.

«Le rendement de Pierrick Naud est assez impressionnant. Il vient d’arriver chez les seniors, mais il ne s’en laisse pas imposer pour autant», souligne son adversaire Charly Vives, de la formation Spidertech.

Depuis le début de la saison des Mardis, on peut dire que le jeune coureur se démarque particulièrement sous la pluie.

Dame Nature n’a pas été très accommodante lors de deux étapes et Naud en a profité. Il a remporté son premier «Lachine» en carrière lors de la 6e tranche, et a terminé deuxième la semaine dernière à l’occasion de la 8e étape, où seul un ancien coureur du Tour de France (Aurélien Passeron – Garneau), a su le devancer.

«Je dirais que ce qui a été le plus spectaculaire depuis le début de la saison est la victoire de Pierrick Naud lors de la 6e étape. Il était seul de son camp dans une échappée comprenant de grosses pointures et il a su tirer son épingle du jeu. Sa performance est l’un des faits marquants de la saison jusqu’à maintenant», soutient son principal rival au classement général, Jean-François Laroche (Cycles Régis).

Laroche en a cependant vu d’autres. Celui qui a déjà été sacré deux fois champion de la Coupe Pro-Élite Saputo (2007 et 2008) fera tout en son pouvoir pour retrouver la gloire.

«Une victoire de Jean-François Laroche à la 9e étape et une autre à la 10e, prédit-il. Maintenant, il va falloir que j’assure!»

Malchance

Jean-François Laroche a beau jeu d’être positif. Laroche avait promis de s’emparer du maillot jaune la semaine dernière. Le sort en aura voulu autrement alors qu’il a été victime non pas de une, de deux, mais bien de trois crevaisons.

Pour clôturer sa soirée de travail difficile, la roue de remplacement qu’on lui a refilée lors de son troisième arrêt aux puits en était une de cadet, à braquet différent, ce qui l’a empêché de terminer l’épreuve. Il était à bout de souffle, il pédalait «dans le vide».

Le Montréalais a dû abandonner avec moins de deux tours à faire. Un tel événement rappelle les déboires d’Andy Schleck au Tour de France. Le coureur de la formation Saxo Bank avait été victime, rappelons-le, d’un cruel saut de chaîne au Port de Balès. L’Espagnol Alberta Contador (Astana) en avait profité pour s’échapper… et pour se sauver avec le Tour.

Laroche voudra certainement éviter pareil scénario face à Pierrick Naud. La victoire est toujours l’objectif principal, mais il devra avant tout marquer des points.

«Trois crevaisons, disons que ce n’est pas quelque chose qui arrive très souvent! Mais dans des conditions comme ça…  C’est dommage, car je me sentais bien. Passeron, je l’aurais torché au sprint», avait-il lancé à l’issue de la course.

Mathieu Roy (Team Spirit Cannondale) a fait un pas de géant au classement général à l’issue de la 8e étape. Il est passé du 12e au 4e rang grâce à sa troisième position sur le podium.

Record imbattable?

La bourse pour le record du parcours (58m52s pour une vitesse moyenne de 50,9 km/h) sera de 4500 $ ce soir au parc LaSalle. Mais selon Charly Vives, celui-ci n’est pas près d’être battu.

«La beauté de ces deux dernières étapes est qu’elles seront imprévisibles! Sprint de peloton, échappée, etc. On connaîtra l’issue dans deux semaines. Une seule certitude : le record du parcours ne sera pas battu», laisse-t-il planer.

Record ou pas, Hugues Lapointe (Nativo PG) est prêt pour ces deux dernières étapes. Il n’a pas l’intention d’être un figurant.

«C’est dommage à dire, mais la déception vient un peu de notre équipe jusqu’à maintenant. Nous n’avons toujours pas gagné le maillot mauve Nativo Concept (meilleur sprinteur) ni réalisé de podium», avoue Lapointe.

Celui qui a remporté la grande finale 2009 et qui avait ainsi mis la main sur la Coupe du Maire aimerait bien répéter ses exploits.

«La 10e étape se voudra sûrement une balade sur les Champs Élysées de Lachine pour J.-F. Laroche, qui devrait remporter ce championnat en l’absence de ses principaux rivaux. Pour notre part, on vise toujours le maillot mauve  et une victoire d’étape. J’ai personnellement la Coupe du Maire en tête, un seul autre coureur l’ayant remporté à deux reprises. J’aimerais bien égaler cette marque.»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s