Maxime Vivès joue les trouble-fête lors de la 2e étape

Montréal, le mardi 12 juin 2012 –Le coureur Maxime Vivès de la formation Garneau-Québecor a joué les trouble-fête en remportant sous la pluie la deuxième étape de la saison des Mardis cyclistes, présentés dans l’arrondissement Lachine.

L’athlète de 27 ans était seul de son camp et c’est peut-être ce qui a joué en sa faveur. Vivès a joué les cartes qu’il se devait de jouer, celles de la patience et de l’économie d’énergie.

Vivès a donc tout donné lors du sprint final et a devancé de quelques millimètres seulement son adversaire Pierre-Olivier Boily, membre de la formation Fantino-Cycle Régis. Sa vitesse moyenne de 45,5 km/h lui a permis de signer une deuxième victoire en carrière aux Mardis cyclistes. Hugues Lapointe (Cycle Néron) a complété le podium en plus d’être l’athlète le plus combatif de la soirée.

«Ce n’est pas le type de conditions que je préfère (pluie), mais je suis tout de même très satisfait! Les Fantino ont contrôlé la course jusqu’à la fin, et en étant le seul représentant de mon équipe, je savais que c’était la carte que je devais jouer», a expliqué avec sourire le vainqueur d’étape.

En raison des fortes précipitations et de la présence de plusieurs coureurs au Tour de Beauce, seulement 38 cyclistes ont pris le départ de la course Pro-Élite, comparativement à 92 la semaine dernière.

Classement général après la 2e étape de la saison

1-      Hugo Houle (SpiderTech) 144 points
2-      Hugues Lapointe (Cycle Néron) 134 points
3-      Maxime Vivès (Garneau) 131 points
4-      J.-S. Deshaies (Ekoï-G.) 128 points
5-      Jordan Brochu (Ekoï-G.) 118 points

Le champion défendant, Jean-François Laroche, n’a pas pu disputer le sprint final à plein régime. La chute de deux jeunes coureurs dans le dernier tour de la course l’a forcé à mettre un pied au sol. Laroche a donc dû se contenter du sixième rang à l’arrivée.

«C’est vraiment frustrant parce que l’équipe a contrôlé la course comme jamais. On a gagné trois sprints intermédiaires et si on avait voulu, on les aurait tous gagnés, mais on voulait se garder quelques forces pour le final. Malheureusement, on a fait l’erreur de laisser deux inconnus à l’avant de nous. Ça a causé notre perte», a admis Laroche, dépité par cette fin d’épreuve.

Son coéquipier Pierre-Olivier Boily, qui coupe normalement Jean-François du vent lors du dernier droit, a donc eu l’occasion d’y aller pour la victoire. Il a finalement été distancé par moins d’un boyau par Maxime Vivès.

«Les chutes font partie de notre sport. C’est possible de glisser sur une ligne de peinture, mais celle qui est survenue devant nous était pathétique. Le coureur s’est littéralement laissé choir. C’est dommage que nous n’ayons pas réussi à mettre plus de points en banque en vue du championnat», a fustigé Boily.

En raison de problèmes techniques, la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC) n’a pas pu nous fournir les résultats des autres courses ainsi que le classement général après deux étapes, avant la publication de ce texte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s