La soirée commence par un hommage et se termine par un record

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le mardi 15 août – La 10e et dernière étape de la saison des Mardis cyclistes de Lachine a commencé avec un très bel hommage à M. Joseph ‘Tino’ Rossi et elle s’est terminée par rien de moins que le record du parcours.

Quelle soirée! Sans vouloir voler la vedette au fondateur et directeur général des Mardis, Pier-André Côté, Silber Pro Cycling, lui a involontairement fait ombrage en remportant la finale de la 40e saison avec un temps record de 58 min 11 sec, cinq secondes plus rapides que la marque établie par Simon Lambert-Lemay en 2013.

Cette performance, il a maintenu une vitesse moyenne de 51,5 km/h pendant les 31 tours, a permis à Côté d’empocher la somme de 15 000$ qui était réservée à celui qui éclipserait le record.

‘J’ai misé gros et cela a rapporté gros’, a déclaré Côté. Je n’ai pas participé aux sprints intermédiaires, car si je l’avais fait je n’aurais pas gagné.’

Côté n’en est pas à son premier exploit de l’été, car il a remporté le critérium des Championnats canadiens, en plus d’avoir gagné des médailles d’or sur route et au critérium et une d’argent au contre-la-montre aux derniers Jeux du Canada.

Si le record a été battu, c’est en grande partie grâce au travail de la formation Garneau-Québecor qui a imprégné un rythme d’enfer à partir du 10e tour.

‘Je ne pensais pas que le record serait battu, car même si on roulait très vite, on ne réussissait pas à réduire l’écart de 10 secondes qui nous séparait de la marque, a mentionné Côté. Mais Guillaume (Boivin) a pris les choses en main et a augmenté la cadence. On a tous suivi et je me suis accroché et assuré d’être bien placé pour le sprint final.’

Elliott Doyle, Garneau-Québecor, l’un de ceux qui ont travaillé très fort, a terminé en deuxième position devant le champion de la saison, Jean-François Laroche, Cycles Régis.

‘Elle a été tough, a soupiré Laroche en arrivant à ses quartiers. Le rythme était extrêmement rapide. Mais je ne peux pas me plaindre avec la saison que j’ai connue. Félicitations à Pier-André.’

Côté ne manquait d’ailleurs pas d’admirateurs dans la formation Cycles Régis.

‘Nous sommes honorés de nous être fait battre par ce futur espoir. Pier-André a un immense talent et il a un bel avenir devant lui’, a louangé Pier-Olivier Boily.

Le podium du classement général de la coupe Pro-élite n’a pas changé, car derrière Laroche, on retrouve respectivement Hendrik Pineda, Transports Lacombe-Devinci, et Michel Henri, Cycles Dupuis.

Laurent Gervais, Aevolo, a connu une autre belle étape pour une troisième semaine d’affilée et il a enlevé le maillot noir décerné au cycliste le plus combatif de la saison.

Gervais a terminé avec 30 points, cinq de plus que William Goodfellow, Vélosélect.

Hommage à M. Rossi

Le 400e départ des Mardis cyclistes a été très émouvant.

Amour. Fierté. Respect. Trois belles valeurs qui étaient ressenties quand M. Rossi a effectué son dernier départ si spectaculaire à titre de directeur général.

Après avoir vu le maire Claude Dauphin nommer officiellement l’endroit des départs/arrivée du populaire critérium, la Place Joseph ‘Tino’ Rossi, en dévoilant une très belle stèle, c’est un M. Rossi ému qui s’est adressé à la belle foule.

‘Merci de votre appui. Merci à M. Denis Coderre, à M. Claude Dauphin et à tous les autres politiciens et commanditaires, qui nous ont soutenus pendant 40 ans, a lancé M. Rossi la voix brisée par l’émotion. Merci à vous les athlètes. Merci à vous chers spectateurs qui ont été présents semaine après semaine. Je quitte mon poste, mais je serai toujours en amour avec les Mardis.’

Autres catégories

Raphaële Lemieux, IBike, ne pouvait faire autrement que de terminer la saison avec une autre victoire, sa huitième de l’été.

Lemieux a devancé au fil d’arrivée Joséphine Péloquin, Stingray/Trek par Ultime Vélo, et Raur Meilleur Harvey, Martin Swiss Cycles.

Lemieux a gagné le championnat en accumulant 607 points. Péloquin a terminé avec 271 points et Charlotte Tousignant, Espoirs Élite Primeau Vélo, a complété le podium de la catégorie pour la saison.

Chez les cadets, Armaud Beaudoin, Espoirs Laval Primeau Vélo, l’a emporté devant Tristan Jussaume, Dynamiks de Contrecoeur, et Mathias Guillemette, Vélo Mauricie.

La deuxième place de Jussaume a été suffisante pour qu’il enlève le championnat avec 492 points.

Alexandre Poirier, CCB-Ultime Vélo, a fini deuxième avec 324 points, tandis que Jérôme Courtemanche, Espoirs Laval Primeau Vélo, a pris le troisième rang avec 287 points.

Dans la catégorie relève féminine, Magdeleine Vallières-Mill, Sherbrooke, a remporté sa première victoire de la saison quand elle a devancé Lyse Ann Coffin, Néron Sprint, et Victoria Slater, Team NCCH.

La deuxième place de Coffin a confirmé son titre de championne avec 488 points, 57 de plus que Camille Primeau, Espoirs Laval Primeau Vélo.

Adèle Desgagnés, VC Métropolitain, a complété le podium avec 326 points.

Chez les minimes garçons, dans la catégorie la plus chaudement disputée de la saison, Matisse Julien, Espoirs Laval Primeau Vélo, a remporté in extremis le championnat en enlevant l’étape dans un sprint endiable face à son éternel rival Charles-Antoine Pilote, Cycle Néron.

Charles Duquette, CCB-Ultime Vélo, a terminé troisième.

Au classement général, Julien a devancé Pilote de 10 petits points. Le champion en a totalisé 597 contre 587 pour Pilote.

La victoire de Duquette lui a permis de terminer au troisième rang du classement général.

Chez les minimes filles, Coralie Lévesque, CCB-Ultime Vélo, a confirmé son titre avec une autre victoire.

La championne a devancé Coralie Houde, Laprairiecyle Desjardins, et l’Ontarienne Natasha Badertscher, NCCH.

Lévesque a terminé la saison avec 561 points, loin devant Elissa Proulx, Xpress Québecor, qui a accumulé 339 points. Pénélope Primeau, Espoirs Laval Primeau Vélo, a fini en troisième place avec 320 points.

Tino Rossi effectue son 400e et dernier départ

Pixelyst_Daniel_Beaudoin_Mardis_Cyclistes_11_Juillet__AN_4079

Le lundi 14 août – Une époque prendra fin, mardi, quand le fondateur et directeur général des Mardis cyclistes de Lachine, M. Joseph ‘Tino’ Rossi, effectuera son 400e et dernier départ à la 10e étape de la 40e saison du populaire critérium.

Les spectateurs, qui assisteront à la spectaculaire épreuve, pourront entendre pour la dernière fois M. Rossi s’époumoner à la Michael Buffer et donner le départ avec son habituel ‘Let’s get ready to rumble, 5, 4, 3, 2,1…

‘Je me sens vraiment bien et je suis très fier que les Mardis aient pris une telle ampleur, a déclaré M. Rossi ému. Je n’ai pas pu faire ce succès seul, je l’ai fait avec une équipe, qui année après année, m’appuyait. Les Mardis sont victimes de leur succès et je suis heureux de quitter maintenant et de laisser l’événement en bonne santé. Mais il est temps pour moi de tourner la page.’

Rossi profitera maintenant de la vie et il regardera grandir son ‘bébé’, à qui il a accordé tant d’amour.

Après 40 ans de dévouement, M. Rossi passe le flambeau aux frères Marc et Jean-François Néron qui sauront continuer à faire briller les Mardis.

Derrière tout grand événement, il y a des personnes qui l’ont imaginé, qui l’ont créé et qui l’ont amené à des sommets inespérés.

Rossi a été l’homme derrière les Mardis cyclistes de Lachine.

Déjà impliqué dans le cyclisme à titre de maître de piste aux Jeux olympiques de 1976, M. Rossi a pensé à mettre sur pied une épreuve qui permettrait aux jeunes de se dépasser.

Depuis, son ‘bébé’ a fait de nombreux petits. Le populaire critérium a ainsi donné l’occasion à des David Veilleux, Antoine Duchesne, François Parisien, Martin Gilbert, Yannick Cojan, Jean-François Laroche et plusieurs autres de développer leur talent et de connaître pour certains, une belle carrière internationale.

Pour les milliers d’autres qui ont donné des coups de pédale sur le rapide parcours, les Mardis leur ont permis de s’adonner à leur sport favori, année après année depuis 1978.

Tout cela en raison de la perspicacité, du dévouement et du travail de M. Rossi.

Plusieurs personnes ont tenu à rendre hommage à M. Rossi.

‘Tino est une personne qui a su transmettre sa passion du cyclisme à plusieurs générations de jeunes et moins jeunes. Il a fait des Mardis cyclistes de Lachine une course à laquelle participent au moins 100 cyclistes par semaine, 10 fois par été depuis 40 ans. C’est un événement qui doit perdurer.’

  • Jean-François Laroche, recordman des Mardis avec sept championnats

‘Tino Rossi est un passionné de cyclisme. Au cours des 40 dernières années, non seulement a-t-il largement contribué au développement du cyclisme sur route au Québec avec entre autres les Mardis cyclistes de Lachine, mais il a également permis chaque année à des dizaines de milliers de citoyens de la grande région de Montréal d’assister à des courses enlevantes qui sont devenues au fil des années un rendez-vous hebdomadaire durant la saison estivale pour les amateurs de cyclisme»

  • Le directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes, Louis Barbeau

‘Tino est une légende du cyclisme québécois. Il a transmis sa passion à tellement de générations. Merci Tino!’

  • Martin Gilbert, quadruple champion des Mardis et membre de l’équipe canadienne aux Jeux olympiques de Pékin en 2008

‘Gros, gros, gros merci à M. Rossi! Il m’a permis de vivre de belles émotions. Merci pour tout ce qu’il a amené à Lachine. Merci pour la discipline qu’il m’a inculquée tant au point de vue de la compétition, que des règles. J’ai participé à toutes ses écoles de vélo à partir de la catégorie minime, en passant par le junior jusqu’au senior. Avec les Mardis, on savait que l’on avait une course à la maison, ça nous aidait à garder la motivation. M. Rossi a toujours été présent et dévoué. Il est temps pour lui de reprendre son souffle, il a en assez fait’.

  • Simon Lambert-Lemay, double champion des Mardis et détenteur du record du parcours

‘Merci d’avoir mis sur pied un événement exceptionnel et de l’avoir tenu à bout de bras. Merci pour l’éducation qui m’a transmise et qui m’a servi pendant toute ma carrière professionnelle. Une éducation qui va bien au-delà du cyclisme. Les Mardis cyclistes sont une école de vie et j’espère qu’ils continueront d’avoir une longue vie pour les futures générations.’

  • François Parisien, champion canadien sur route en 2005 et ambassadeur des Mardis cyclistes

‘Mon père m’a amené aux Mardis à l’âge de 15 ans il y a de cela 25 ans, c’est là que j’ai commencé à faire de la compétition. Je garde plusieurs souvenirs, car c’était la grosse course. La course la plus rapide disputée sur un parcours de qualité, une course qui a toujours été organisée de main de maître. Tino a été très important pour la carrière de plusieurs cyclistes et une victoire d’étape à Lachine a été et demeure importante. Ce fut une course fétiche pour moi et pour mon équipe. C’est la seule course québécoise qui nous permettait d’avoir de la visibilité dans les médias. Mille mercis à Tino. On l’apprécie beaucoup.’

  • Sébastien Moquin, triple champion des Mardis

Laroche assuré d’un septième titre

On connaît depuis la semaine dernière, le champion de la 40e saison, car Jean-François Laroche s’est assuré de son septième titre à la mi-course de la neuvième étape. Le cycliste de Cycles Régis ne pouvait plus être rejoint au classement général après avoir amassé assez de points dès le troisième sprint intermédiaire.

Laroche a ainsi éclipsé la marque de six titres qu’il détenait depuis l’année dernière avec Yannick Cojan.

Les jeux ne sont cependant pas encore faits pour la deuxième position, car Hendrik Pineda, Transports Lacombe-Devinci, totalise 748 points et il détient une avance de 174 points devant Michel Henri (574), Cycles Dupuis, comme les points comptent en double à la dernière étape, rien n’est encore joué.

Si Henri espère monter d’une marche sur le podium, il devra, par contre, se méfier de Pierrick Naud, Rally Cycling, car ce dernier n’est qu’à 11 points de lui.

La lutte la plus serrée est celle pour le maillot noir, décerné au cycliste le plus combatif de la saison.

Laurent Gervais, Aevolo, a connu une très bonne étape pour une deuxième semaine consécutive, et il s’est emparé de la première place du classement général avec 24 points, un seul de plus que William Goodfellow, Vélosélect.

Chaque année, M. Rossi reçoit plusieurs invités à la finale de la saison des Mardis cyclistes. Il les accueille toujours avec classe et étant donné qu’il en sera à sa dernière épreuve, vous pouvez être certain que le spectacle sera haut en couleur et que les amateurs présents le long du parcours seront tout autant gâtés.

‘Merci M. Rossi’ – Claude Dauphin

Pixelyst_Mardis_Cyclistes_4_Juillet_2017__MG_2780.jpg

Le vendredi 11 août – L’Amour de Lachine. L’Amour de la jeunesse. L’Amour du vélo.

Voilà comment le maire de l’arrondissement de Lachine, M. Claude Dauphin, a résumé en quelques mots l’implication du fondateur et directeur général des Mardis cyclistes, M. Joseph ‘Tino’ Rossi.

‘M. Rossi est un homme qui a été très généreux pour Lachine. Premièrement à titre de commerçant avec son magasin de vélo. Et deuxièmement, en menant de main de maître les Mardis cyclistes pendant 40 ans’, a louangé M. Dauphin.

Le maire de Lachine a témoigné que l’implication de M. Rossi outrepassait le simple volet sportif.

‘En fondant ce prestigieux événement, M. Rossi a voulu inculquer la discipline aux jeunes, une qualité indispensable dans toute réussite, qu’elle soit personnelle, professionnelle ou sportive, a souligné M. Dauphin. Le soutien de la ville était donc naturel, car il avait fait ses preuves.’

Selon M. le maire, M. Rossi a été un initiateur, un innovateur qui a permis à Lachine de se distinguer.

‘Bravo à mes prédécesseurs qui ont appuyé le projet de M. Rossi à ses débuts, a tenu à mentionner M. Dauphin. Les Mardis ont été le précurseur de notre piste cyclable en site propre. Cette piste située dans une zone protégée a été proclamée, il y a quelques années, la troisième plus belle du monde par le prestigieux Time magazine.’

À son arrivée à la mairie, M. Dauphin a, à son tour, tenu à poursuivre le soutien aux Mardis, un apport qu’il avait déjà fait à titre de député provincial de la circonscription.

‘Les Mardis sont un événement extraordinaire, ils combinent très bien le côté récréatif et compétitif du cyclisme, a déclaré le maire de Lachine. J’ai toujours été un fervent partisan des Mardis et c’est avec beaucoup de bonheur et de fierté que nous apportons année après année, un soutien technique par l’entremise de nos cols bleus. Les Mardis cyclistes sont importants pour Lachine, mais aussi pour la jeunesse.’

Belle école de vélo

Dauphin a mentionné que David Veilleux et Antoine Duchesne, lui ont mentionné que les Mardis cyclistes de Lachine représentaient la plus belle école de vélo. Ce sont des preuves éloquentes qui expliquent l’implication de la ville, selon le premier magistrat de Lachine.

‘J’ai appris à connaître M. Rossi et je me suis lié d’amitié dès nos premières rencontres, a rappelé M. Dauphin. C’est d’ailleurs à son magasin que j’ai acheté mon premier vélo. Il est un maniaque de vélo, mais au-delà de son amour pour le vélo, il voulait que Lachine se démarque, que la ville se fasse reconnaître pour son implication dans le cyclisme. Et après 40 ans, je peux affirmer sans l’ombre d’un doute qu’il a joué un grand rôle dans le développement du cyclisme.’

Le vélo est en santé au Québec et le maire Dauphin ne se gêne pas pour dire que M. Rossi y a joué un grand rôle.

Et pour reconnaître le travail et le dévouement du fondateur et directeur général des Mardis cyclistes, la ville de Lachine lui rendra hommage avant le départ de la 10e et dernière étape, le mardi 15 août.

Dauphin annoncera alors que l’endroit où ont lieu les départs et les arrivées de chaque étape des Mardis cyclistes de Lachine depuis 40 ans, portera dorénavant le nom de Place Tino-Rossi.

‘Dans l’histoire récente de Lachine, peu d’endroits ont été nommés en hommage à une personne. Au début de l’été, on a honoré Denis Boucher, l’ancien lanceur du baseball majeur en nommant le terrain du parc LaSalle, le stade Denis-Boucher qui se trouve justement devant la future Place Tino-Rossi, a fait remarquer M. Dauphin. Plus tard cette année, on fera savoir que le Centre communautaire situé dans le quartier Saint-Pierre portera dorénavant le nom de Mme Claire Kirkland-Casgrain en hommage à la première dame élue députée au parlement de Québec.

‘Et c’est avec un immense plaisir que nous inaugurerons la Place Tino-Rossi, mardi’, a tenu à dire M. Dauphin.

Tout en reconnaissant que M. Rossi laisse les Mardis cyclistes en excellente condition et que son legs est immense, M. Dauphin est persuadé que les frères Marc et Jean-François Néron sauront, avec autant de passion que l’a fait M. Rossi au cours des 40 dernières années, permettre à l’événement de grandir et d’atteindre des sommets encore inespérés.

‘Avant qu’il passe le flambeau, j’aimerais, au nom de toute la population de Lachine, dire un immense merci à M.  Joseph ‘Tino’ Rossi. Un homme qui a fait honneur à notre ville en mettant sur pied un événement qui est reconnu internationalement.’, a conclu M. Dauphin.

Laroche, maître des Mardis cyclistes de Lachine

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le mardi 8 août – Jean-François Laroche n’a pas attendu la 10e et dernière étape de la 40e saison des Mardis cyclistes de Lachine pour entrer dans l’histoire du populaire critérium.

Laroche s’est assuré d’un septième championnat dès le 16e des 31 tours, éclipsant ainsi la marque de six qu’il partageait avec Yannick Cojan depuis l’année dernière. Au passage suivant, le sympathique athlète a salué les spectateurs quand on a annoncé qu’il venait de réécrire l’histoire des Mardis.

Le cycliste de Cycles Régis n’était pas rassasié et il ne voulait pas que la victoire d’étape lui glisse entre les mains et que sa soirée soit ainsi gâchée. Il lui restait assez d’énergie pour remporter le sprint final le plus chaudement disputé de la saison.

Après la course, Laroche, qui dans la vie de tous les jours est avocat pour une grande compagnie, a été accueilli en héros par sa famille et ses amis.

‘Ça n’a pas d’allure comment les gars gèrent bien la course, a déclaré Laroche en vantant ses coéquipiers. On s’est fait attaquer pendant toute la soirée, on aurait dit que les autres équipes s’étaient donné le mot pour que l’on ne gagne pas le championnat ce soir. Mais les gars ont tous joué leur rôle à la perfection.

‘Ce fut une année incroyable, on aurait dit que tous les astres étaient alignés.’

Et parmi ses coéquipiers, Charles-André Bilodeau a encore une fois été l’un des plus actifs.

‘La victoire d’étape est un véritable boni. Il ne nous restait pas cinq tours pour rejoindre l’échappée et je ne pensais pas que l’on aurait réussi, a révélé Bilodeau. Mais Jean-François voulait la victoire et on s’est mis en ligne derrière P.-O. (Boily). Je ne croyais jamais qu’il aurait encore de bonnes jambes pour le sprint final.’

Et Laroche a eu besoin de bonnes jambes, car il a fallu attendre la photo-finish pour déterminer le gagnant.

Laroche a finalement devancé Félix Côté-Bouvette, Garneau-Québecor, et Hendrik Pineda, Transports Lacombe-Devinci.

Au classement général, Laroche, âgé de 37 ans, (ce qui le classe dans la catégorie des maîtres!) totalise 1189 points et il ne pourra être rejoint par Pineda qui occupe le deuxième rang avec 748 points, car il ne reste que 305 en jeu la semaine prochaine.

Michel Henri, Cycles Dupuis, est troisième avec 574 points.

Si le championnat est chose close, on ne peut pas en dire autant pour le titre du cycliste le plus combatif qui porte le maillot noir.

Laurent Gervais, Aevolo, qui a connu une fin d’étape décevante la semaine dernière, a animé une bonne partie de la course, ce qui lui a permis de s’emparer du premier rang avec 24 points, un de plus que William Goodfellow, Vélosélect.

Autres catégories

Raphaële Lemieux, IBike, a repris sa place d’honneur à la Coupe féminine, elle qui avait obtenu l’autorisation de participer à la course Pro-Élite, la semaine dernière.

Lemieux a remporté sa septième victoire de la saison en devançant Joséphine Péloquin, Stingray/Trek par Ultime Vélo, et Charlotte Tousignant, Espoirs Élite Primeau Vélo.

Après neuf étapes, Lemieux totalise 479 points. Tousignant suit avec 177 points, 10 de plus que  Péloquin.

Chez les cadets, Nicolas Bougie, Espoirs Laval Primeau Vélo, l’a emporté devant Tristan Jussaume, Dynamiks de Contrecoeur, et Mathias Guillemette, Vélo Mauricie.

Au classement général, Jussaume totalise 402 points, Jérôme Courtemanche, Espoirs Laval Primeau Vélo,  est deuxième avec 267 points et Alexandre Poirier, CCB-Ultime Vélo, cinq petits pointsde plus que 237.

Dans la catégorie relève féminine, Adèle Desgagnés, VC Métropolitain, a renoué avec la victoire, sa quatrième de la saison.

Desgagnés a devancé Camille Primeau, Espoirs Laval Primeau Vélo, et Lyse Ann Coffin, Néron Sprint.

La deuxième place de Primeau lui a permis de s’approcher à 15 points de Coffin au premier rang du classement. Coffin domine avec 390 points, tandis que Primeau suit à 375 points. Desgagnés est toujours troisième avec 306 points.

Chez les minimes garçons, Charles-Antoine Pilote, Cycle Néron, et Matisse Julien, Espoirs Laval Primeau Vélo, continuent de se faire une chaude lutte.

Pilote l’a emporté pour une deuxième semaine de suite devant Julien. Zachary Charbonneau, Espoirs Laval Primeau Vélo, a fini en troisième place.

Pilote s’est ainsi approprié du premier rang du classement général avec 487 points, huit de plus que Julien (479).

Nicolas Fauchon-Roy, Cycle Néron, suit avec 241 points.

Chez les minimes filles, Pénélope Primeau, Espoirs Laval Primeau Vélo, a remporté sa première victoire de la saison quand elle a franchi le fil d’arrivée devant Elissa Proulx, Xpress Québecor, et Laurence Desrosiers, Espoirs Laval Primeau Vélo.

Au classement général, Coralie Lévesque, CCB-Ultime Vélo, est déjà assurée du titre avec 449 points, 110 de plus que Proulx (339), qui devra se méfier de Primeau qui totalise 310 points.

Laroche pourrait s’assurer du titre

Pixelyst_Mardis_Cyclistes_1_08_2017__MG_6825.JPG

Le lundi 7 août – Affirmer que Jean-François Laroche remportera son septième championnat aux Mardis cyclistes de Lachine et qu’il passera ainsi à l’histoire à la fin de la 40e saison du populaire critérium est une vérité de La Palice.

Laroche, Cycles Régis, détient une priorité de 418 points sur son plus proche poursuivant Hendrik Pineda, Transports Lacombe-Devinci, à la veille de la neuvième étape de la saison.

Comme il ne reste que 465 points en jeu si on tient compte de tous les sprints encore à disputer avant que le rideau ne tombe sur la saison, on peut avancer sans se tromper que Laroche éclipsera la marque de six championnats qu’il partage avec Yannick Cojan depuis l’an dernier. Il deviendra ainsi le roi incontesté du populaire critérium.

En plus de l’année dernière, Laroche a remporté le championnat en 2007, 2008, et de 2010 à 2012, tandis que Cojan a enlevé ses titres en 1988, 1992, 1994 et de 1997 à 1999.

Sans vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuée, Laroche et ses coéquipiers pourraient bien se lancer un défi, soit battre le record du parcours.

La marque de 58 min 16 sec (une moyenne de 51,72 km/h) a été établie par Simon Lambert-Lemay en 2013 et la cagnotte remise à celui qu’il l’éclipsera est de 15 000$.

Puisque que nous en serons à l’avant-dernière étape de la saison, les astres sont donc alignés et il ne faudrait pas être surpris de voir l’excellente formation Cycles Régis tenter l’exploit.

Imaginez le scénario suivant si les conditions climatiques le permettent.

La formation Cycles Régis part sur les chapeaux de roue dès le premier des 31 tours et s’assure que Laroche remporte les sprints intermédiaires. Ce serait donc une pierre deux coups, car en plus d’avoir mené leur leader au championnat dès la neuvième étape, les membres de Cycles Régis se partageraient le joli magot.

Scénario de Hollywood, non! Mais scénario des Mardis cyclistes de Lachine très probable.

Le cyclisme féminin en effervescence au Québec

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le vendredi 4 août – Le cyclisme féminin connaît une belle progression au Québec depuis 10 ans, plus particulièrement dans les catégories de développement (moins de 17 ans).

Le nombre de licenciées chez les adolescentes a connu une hausse de 61 pour cent au cours de cette période, tandis que chez les garçons, l’augmentation fut de 23 pour cent. Cette croissance a fait en sorte que les filles composent près du tiers des abonnés dans ce groupe d’âge.

‘De belles choses se passent en cyclisme féminin’, a déclaré le directeur technique de la Fédération québécoise des sports cyclistes, Louis Barbeau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comment expliquer ce phénomène?

‘Les succès de nos athlètes québécoises comme Joëlle Numainville, Clara Hughes, Karol-Ann Canuel et Lex Albrecht sur les scènes nationales et internationales sont une des façons de voir l’accroissement du cyclisme féminin, a ajouté Barbeau. La présence de l’équipe SAS-Macogep, qui a développé plusieurs cyclistes féminines au fil des années, a aussi grandement contribué à cet essor. Il y a aussi le travail des clubs de développement qui a eu un effet d’entraînement,’

Ce phénomène est facilement remarqué semaine après semaine aux Mardis cyclistes de Lachine, car pas moins de 83 jeunes filles ont participé depuis le début de la saison à l’une ou l’autre des étapes du populaire critérium dans les catégories minime, relève et coupe Féminine.

Cette croissance a amené la création de clubs exclusivement composés de jeunes filles. Outre SAS-Macogep, une nouvelle formation a vu le jour l’année dernière.

Les jumelles Véronik et Michèle Bastien ont créé Peppermint, une entreprise de vêtements de cyclisme destinée à toutes les femmes. De là, il n’y avait qu’un pas à franchir pour mettre sur pied un club de cyclisme.

Parmi les passionnées qui se sont regroupées pour former le club qui compte neuf cyclistes, dont huit Montréalaises et une cycliste de la ville de Québec, on retrouve Safia Généreux.

Les trois jeunes femmes ont pratiqué plusieurs sports avant de jeter leur dévolu sur le vélo. En cyclisme, elles ont participé à tous les genres de courses sur le circuit provincial, que ce soit le cyclocross, le vélo sur route, le vélo de montagne et même le vélo à pignon fixe.

‘On aime participer aux Mardis cyclistes de Lachine parce que c’est un défi chaque semaine. On apprécie aussi l’ambiance, car c’est l’un des seuls endroits où l’on retrouve toute la communauté du cyclisme de Montréal, a déclaré la volubile Généreux. On veut assurer une présence féminine aux Mardis et on espère qu’il y aura de plus en plus de filles qui participeront aux différentes étapes.’

Pour sa  part, Véronik aime bien la popularité – dans le sens le plus noble du terme -, des Mardis cyclistes de Lachine.

‘Il y a une place pour les filles comme nous aux Mardis, ce n’est pas seulement réservé à l’élite’, a-t-elle noté.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Seule équipe féminine professionnelle au Canada

Quant à SAS-Macogep, la formation a été fondée par Gérard Penarroya en 2007 et ses objectifs sont plus compétitifs.

‘Je dirigeais des équipes masculines, mais des partenaires m’ont approché pour développer le cyclisme féminin, car il y avait peu de personnes qui investissaient pour elles’, a mentionné Penarroya.

Le travail du Français d’origine, établi au Québec depuis 42 ans, a porté ses fruits, car l’équipe a obtenu sa licence de l’UCI au printemps.

‘Ce qui nous a permis de participer à des courses à Valence en Espagne, en Tchécoslovaquie et à la mythique épreuve Liège-Bastogne-Liège, a fièrement déclaré le directeur technique de la seule équipe féminine professionnelle au Canada. Le cyclisme féminin québécois est en santé. Il y a plusieurs jeunes inscrites dans les catégories minime et cadette, mais on aurait besoin d’un meilleur support chez l’élite.’

La formation SAS-Macogep est internationale puisqu’elle compte six Canadiennes, quatre Françaises, une Américaine et une Costaricaine dans ses rangs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans les catégories Élite (junior et senior), environ 80 coureuses québécoises participent à des compétitions nationales et internationales.

Parmi elles, outre Numainville, Canuel et Albrecht, on retrouve Alizée Brien et Gabrielle Pilote-Fortin qui font partie de l’excellence.

Numainville, ex-championne canadienne sur route en 2010, a terminé en 12e place de la course en ligne aux Jeux olympiques de Londres deux ans plus tard.

Pour ce qui est de Canuel, son palmarès est éloquent. Elle a participé aux Jeux olympiques de Rio, elle est championne du monde du contre-la-montre par équipe au cours des trois dernières années. Elle a aussi été championne junior du Canada sur route et première du contre-la-montre aux derniers championnats canadiens disputés au printemps.

Elle poursuit sa carrière en Europe, car elle est membre de l’équipe professionnelle néerlandaise Boels Dolmans.

Toutes les deux représentent de beaux exemples pour les jeunes filles de la relève.

Et parmi ces jeunes qui seront à surveiller au cours des prochaines années, il y a Simone Boilard qui se démarque à sa première année junior.

Il ne faudrait pas oublier que la popularité croissante du vélo en général, tant chez les hommes que chez les femmes peut aussi expliquer la belle croissance du cyclisme féminin.

Brisebois fait sentir sa présence

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le mardi 1er août  Olivier Brisebois n’en était qu’à sa deuxième participation à la 40e saison des Mardis cyclistes de Lachine, mais le cycliste de Garneau-Québecor a fait sentir sa présence.

Brisebois a fait partie de la longue échappée composée de cinq coureurs au 12e des 31 tours et il était trop fort pour qu’il soit inquiété au fil d’arrivée de la huitième étape.

Le sympathique jeune homme l’a facilement emporté devant Alexandre Nadeau, le seul des deux coureurs de Cycles Régis qui a pu maintenir le rythme jusqu’au fil d’arrivée.

Au 26e tour, l’échappée détenait 25 secondes d’avance sur le reste du peloton.

Le coéquipier de Nadeau et meneur au classement général, Jean-François Laroche a terminé en troisième place,

‘Ça ne roulait pas assez vite à mon goût, mais étant donné que Cycles Régis avait deux coureurs dans l’échappée, je savais que le reste de leur équipe n’allait pas tenter de nous rejoindre, a expliqué Brisebois. Il n’y avait personne de menaçant pour le titre et ils nous ont laissé filer.’

Malgré les dires de Brisebois, le rythme devait être assez élevé, puisque les autres lascars, Laurent Gervais, Aevélo, Vincent Lévesque, Cycles Régis, et Kianoush Missaghi, Vélo 2000 Peak Centre, n’ont pu maintenir la cadence et ils ont été largués chacun leur tour.

Laroche a beau avoir fini en troisième place, il a récolté de précieux points dans sa conquête d’un septième championnat.

‘Notre objectif en tant qu’équipe était de placer l’un des nôtres, à part moi, dans une échappée, afin qu’il monte sur le podium, a mentionné Laroche. Je suis  bien content pour Alexandre, car comme tous mes coéquipiers, il le mérite bien.’

Le meneur au classement général totalise 1055 points. Hendrik Pineda, Transports Lacombe-Devinci, occupe la deuxième place avec 637 points et Pierrick Naud, Rally Cycling, en a accumulé 563.

La course a été interrompue dès le deuxième tour en raison d’une chute collective impliquant une trentaine de coureurs au premier virage. La commissaire en chef, Louise Lalonde, a demandé un nouveau départ afin que le peloton de 122 coureurs soit réuni.

Belle expérience pour Lemieux

Raphaële Lemieux, IBike, a vécu une belle expérience en prenant le départ de la coupe Pro-Élite, même si elle a quitté la course après le 18e tour.

‘Merci à M. Rossi. Merci à Mme Lalonde. Merci à M. Barbeau de m’avoir permis de participer à la course, a déclaré Lemieux. C’est vraiment différent, le peloton est plus gros, l’effet élastique est plus grand. Je savais que ce serait difficile et que j’aurais mal aux jambes, mais je ne le regrette pas, ce fut une superbe expérience.’

Lemieux, qui domine outrageusement la coupe Féminine, a obtenu l’autorisation de prendre le départ de la course principale afin de peaufiner son entraînement en vue du critérium de Barcelone en septembre.

Autres catégories

À la Coupe féminine, on était assuré d’avoir une nouvelle gagnante en raison de l’absence de Lemieux.

Joséphine Péloquin, Stingray/Trek par Ultime Vélo, l’a emporté devant Charlotte Tousignant, Espoirs Élite Primeau Vélo, et Véronique Bilodeau, SAS-MACOGEP.

Après huit étapes, Lemieux totalise 414 points. La belle soirée de Tousignant lui a permis de s’emparer du deuxième rang avec 142 points, six de plus que  Dafiné Théroux Izquierdo, Desjardins Ford.

Chez les cadets, Joël Plamondon, Espoirs Laval Primeau Vélo, l’a emporté devant son coéquipier Arnaud Beaudoin. Tristan Jussaume, Dynamiks de Contrecoeur, a fini en troisième place.

Au classement général, Jussaume totalise 349 points, Jérôme Courtemanche est deuxième avec 261 points et Alexandre Poirier, CCB-Ultime Vélo, suit avec 237.

Dans la catégorie relève féminine, Camille Primeau, Espoirs Laval Primeau Vélo, a remporté sa deuxième victoire de la saison en devançant Lyse Ann Coffin, Néron Sprint, et Florence Normand, Indépendant-RP.

La victoire de Primeau lui a permis de s’approcher de Coffin au premier rang du classement. Cette dernière domine avec 351 points, mais elle a vu sa priorité sur Primeau réduite à 24 points. Adèle Desgagnes, VC Métropolitain, occupe le troisième rang avec 246 points.

Chez les minimes garçons, Charles-Antoine Pilote, Cycle Néron, et Matisse Julien, Espoirs Laval Primeau Vélo, continuent de se faire une chaude lutte.

Ce fut au tour de Pilote de l’emporter à la huitième étape devant bien sûr Julien. Charles Duquette, CCB-Ultime Vélo, a terminé en troisième place.

La priorité de Julien au classement est maintenant de trois petits points, 430 contre 427 pour Pilote.

Nicolas Fauchon-Roy, Cycle Néron, suit avec 236 points.

Chez les minimes filles, Coralie Levesque, CCB-Ultime Vélo, qui a remporté six des sept premières étapes, dont les quatre dernières, a vu sa série de victoires prendre fin.

Elissa Proulx, Xpress Québecor, l’a emporté devant Maira Carreau, Laprairiecycle Desjardins, et Pénélope Primeau, Espoirs Laval Primeau Vélo.

Au classement général, Levesque a tout de même amassé 28 points avec sa quatrième place et elle totalise 430 points.

Proulx suit avec 294 points, 44 de plus que Primeau.